et STATION D'ETUDES MYCOLOGIQUES
Les champignons
Pilz,Hongo,Mushroom,Fungi,Olatra
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
Claviceps purpurea & LSD
Vign_claviceps_purpurea
Claviceps purpurea Coupe du stroma. 

Même si l’histoire est un clou auquel chacun pend ce qu’il veut» (Alexandre Dumas), il est irréfutable qu’elle résulte parfois de causalités étonnantes. Et les relations entre l’homme et les champignons en sont un exemple. Ces êtres si discrets ont en effet modifié le cours de certains événements. 
Dès l’an 41, Agrippine les utilisait pour s’assurer contre les incertitudes du destin... Les champignons, baptisés fungus, de funus (mort) & ago (je produis) par les Latins, n’ont jamais aussi bien porté leur nom : un jus d’Amanite phalloïde versé sur un plat permit à Agrippine de tuer son auguste époux, l’empereur romain Claude. Elle put ainsi déshériter le descendant royal, Britannicus, au profit de son propre fils, Néron : les chrétiens se souviennent encore des persécutions de ce dernier... 

L’ergot du seigle anéantit l’armée de Pierre le Grand 

Un autre repas fatal, mais aux conséquences tout aussi tragiques, celui du pape Clément VII. en 1534. Celui-ci avait interdit la cueillette des champignons dans les forêts proches de son palais, afin de s’en réserver l’exclusivité. Punition divine ou meurtre ? Quoi qu’il en soit, sa gourmandise lui fut fatale et il laissa son saint-siège au pape Paul III... qui conduisit la Suprême Inquisition. 
Deux siècles plus tard, un ridicule champignon stoppa les ambitions du tsar de toutes les Russies. En 1722, Pierre le Grand lance son armée à la conquête des ports turcs. Mais, sur les bords de la Volga, hommes et bêtes succombent. Leur chairs pourrissent, leur mains et leur jambes se nécrosent et se détachent de leur corps. Pierre le Grand en réchappe miraculeusement, mais doit abandonner le conflit. La Russie devra attendre cinquante ans et la Grande Catherine pour conquérir le littoral de la mer Noire. Le responsable : Claviceps purpurea ou ergot de seigle, qui a empoisonné la farine de seigle dont les soldats Russes avaient fait du pain. 

Les champignons qui font progresser les sciences 

Chacun sait la contribution de certaines moisissures à la découverte et au développement des antibiotiques. «Les champignons sont caractérisés par une extrême diversité. Au cours de l’évolution, ces organismes ont fabriqué des molécules adaptées à leurs cibles, propres à neutraliser bactéries ou prédateurs. Ils synthétisent des hormones, des alcaloïdes, des antibiotiques, dont une infime partie seulement a été identifiée. Cette grande diversité biochimique sera de plus en plus exploitée par l’homme». L’industrie agro-alimentaire exploite aussi le potentiel des champignons comme bio-insecticides par exemple, voire comme antifongique. 

Des champignons magiques... ... aux médicaments de pointe 

L’Amanite tue-mouches Amanita muscaria est, comme on le sait, un champignon toxique très répandu en Europe et sur le continent américain. Il est traditionnellement utilisé par les chamans des tribus indiennes du Nord-Ouest des États-Unis pour entrer en contact avec les esprits. Mastiqué ou consommé sous forme d’extrait, il entraîne excitation, hallucinations, et augmentation de la libido. Ces effets sont dus à une substance, le muscimol, dont un analogue, le THIP est étudié pour son activité analgésique, proche de celle de la morphine. 

L’ergot de Seigle qui a fait ses ravages au Moyen Age, contient des alcaloïdes dérivés de l’acide lysergique qui provoque une concentration des fibres lisses réglant le calibre des vaisseaux (vasoconstriction). Cette contraction peut être intense et provoquer une brusque diminution de l’irrigation des tissus, entraînant une gangrène. Par hydrogénation, les alcaloïdes de l’ergot perdent ces propriétés, et acquièrent des effets vasodilatateurs, qui sont aujourd’hui employés pour traiter hypertension, migraine et troubles du système nerveux à l’instar de la dihydroergotoxine. 
L’acide lysergique de l’ergot de seigle a été utilisé par deux chimistes des laboratoires suisses Sandoz-Stoll & Hofmann pour donner naissance dès les années 30, à une série de 27 corps de synthèse. Le 25° vit le jour en 1938. Il s’agissait du diéthylamide de l’acide D-lysergique, plus connu sous le nom de LSD. 

Certains champignons ont un effet anticancer 

Selon le Dr. S Hendler (Université de Californie, San Diego), « les chercheurs s’intéressent aux propriétés de deux champignons : Le Shiitaké Lentinus edodes et le Ganoderme luisant Ganoderma lucidum. Le premier possède des effets anti-tumeurs, anti-viraux et immuno-stimulateurs, probablement liés à la présence d’un polysaccharide, le lentinan. Cette substance augmente les productions d’interleukine-1 et d’interféron. Le Shiitaké peut aussi diminuer le cholestérol et la tension artérielle. Quant au Ganoderme, c’est un champignon très toxique mais immangeable en raison de sa texture, répandu surtout en Asie, mais présent en Europe. Il contient un autre polysaccharide qui augmente la production de cellules T et exacerbe l’activité des macrophages. Il est utilisé avec succès dans le traitement d’hépatites virales. 

Sources : J-M Pelt : Drogues et plantes magiques, Fayard 1983. 
Moisissures, M-F Roquebert, Sciences & découvertes. Le Rocher - Pathologie des végétaux et géopolitique J. Semal La Maison rustique.
Penicillium notatum
Vign_Penicillium-notatum
Sept milliards d’humains grâce à une moisissure...

Depuis la Première Guerre mondiale, les hommes sont capables de lutter efficacement contre les champignons. Et ils sont même devenus nos alliés. Ainsi ont-ils modifié la courbe démographique de la planète ! Sans une moisissure, serions-nous plus de 6 milliards d’humains ? Grâce à Pénicillium notatum, on a en effet fabriqué les premiers antibiotiques et diminué fortement la mortalité. Les décès par méningites, par exemple, ont baissé de 93%. Mais si chacun sait que la pénicilline (cette substance que le champignon secrète naturellement pour se protéger des bactéries) a été découverte par Alexander Fleming en 1929, beaucoup ignorent que l’on profita de cette propriété antibactérienne que vers 1940. La guerre, avec ses troupes d’estropiés, convainquit les laboratoires américains de fabriquer industriellement le médicament. Mais il fallait d’abord isoler des souches de Penicillium capables de se multiplier dans les fermenteurs. «Tous les moyens furent mis en œuvre : l’armée de l’air rapporta des échantillons de moisissures du monde entier, les restaurateurs transmirent des aliments moisis, les ménagères furent mises à contribution... Et c’est sur un melon acheté au marché de Peorira (Illinois) que l’on isola la meilleure souche !» relate Marie-France Roquebert, du laboratoire de cryptogamie du Muséum national d’histoire naturelle. 

La ciclosporine, médicament isolé à partir de Tolypocladium inflatum, a sauvé elle aussi des milliers de vies humaines : sans elle, les greffes d’organes sont vouées à l’échec, car le système immunitaire, reconnaissant la greffe comme corps étranger, la «rejette».
Le champignon a été découvert par hasard dans une poignée de terre ramassée, en 1969, sur un sentier norvégien. Depuis les premiers essais réalisés en 1978, les chercheurs ont découvert que la ciclosporine est un produit miracle de l’immunologie. Résultat : les pharmaciens se promènent sur les sentiers du monde entier à la recherche de champignons prometteurs. Qu’attendons-nous pour les imiter ? Loin d’être un gag, leur activité leur a permis d’isoler un champignon dans un échantillon prélevé sur le mont Tsubuka, au Japon. Et leur découverte, baptisée «FK506», s’apprêterait à détrôner la ciclosporine.
Ce sont aussi de vulgaires moisissures qui nous permettent de fabriquer le pain, le vin, la bière... et sans fermentations, pas de fromages ! Quel rapport entre nos fromages et le cours de notre histoire ? Mais un «pays où il y a tant d’espèces de fromages est un pays ingouvernable», répétait Churchill...
Le Thé des Anglais
Vign_rouille_du_cafe
Au XIXe siècle, un parasite impose le thé à l’Angleterre !

Si les Anglais boivent chaque année 2000 tasses de thé, c’est à cause d’un minuscule champignon baptisé Hemileia vastatrix. Auparavant, les sujets de sa très Gracieuse Majesté étaient de grands buveurs de café, à tel point d’ailleurs que le roi Charles II lui-même exigea en 1674 la fermeture des cafés «qui troublaient la paix et la tranquilité du royaume». Il était d’ailleurs soutenu par les Anglaises pour qui le café rendait leurs maris «aussi stériles que le désert». La boisson menaçait leur vie privée ! Mais les Anglais tinrent bon... jusqu’en 1870 quand l’île de Ceylan, recouverte par leur soins de caféiers, fut dévastée par un champignon parasite. Tous les plants périrent ! Le gouvernement fit alors planter des théiers. Mais si le thé était connu auparavant, il n’était réservé qu’aux classes sociales élevées. Il faillit d’ailleurs être interdit aux travailleurs par le gouvernement. De fortes taxes sur le café et de faibles sur le thé modifièrent radicalement les usages britanniques. 

Les caféiers (Coffea spp.) sont des espèces forestières de sous-bois, originaires d’Afrique. L’espèce C. arabica représente une exception évolutive au sein du genre Coffea : elle serait en effet le résultat d’une hybridation spontanée entre deux espèces diploïdes sauvages ayant conduit à la formation d’un allotétraploïde naturel. L’association des deux génomes ancestraux a produit des caractères phénotypiques caractéristiques de l’espèce, en particulier une excellente qualité du grain, qui place C. arabica au premier rang des espèces cultivées de caféier. 

Les principales variétés de C. arabica cultivées sont hautement productives, produisent un café de bonne qualité, mais sont sensibles à plusieurs parasites et ravageurs, particulièrement dans les conditions de culture actuelles (intensification, suppression de l’ombrage). Deux parasites sont plus particulièrement dommageables à la culture de C. arabica et peuvent provoquer des pertes de récolte importantes : le champignon H. vastatrix agent de la rouille orangée, responsable d'attaques foliaires, et les nématodes du genre Meloidogyne responsables d'attaques racinaires.
Mildiou de la Pomme de Terre
Vign_mildiou
Kennedy grâce au mildiou ! 

Le XXe siècle n’échappe pas non plus à l’influence des champignons parasites. Et sans le mildiou de la pomme de terre Phytophtora infestans, John Fitzgerald Kennedy n’aurait peut-être pas été élu président des États-Unis ! L’histoire débute en Irlande, en 1845, quand le champignon s’attaque au tubercule national, la pomme de terre. Les récoltes sont détruites alors que la patate est le seul aliment des 8 millions d’irlandais. Les aides sont ridicules, la majorité de l’opinion britannique considérant qu’il s’agit d’un châtiment divin à l’encontre du peuple Irlandais. La famine, qui sévit jusqu’en 1851, tue un million d’hommes, autant que ceux qui fuient le pays et s’embarquent pour les États-Unis : en 1860, on compte plus de 4 millions d’immigrés, les plus nombreux étant les Irlandais (38%). Parmi eux, la famille Kennedy, dont le nom marquera l’histoire du Nouveau Monde... 

La maladie apparaît dans la parcelle en foyers isolés à partir desquels elle peut se généraliser rapidement et aboutir à une destruction totale de la végétation en quelques jours. Larges plages brunes auréolées à marges vert pâle à la face supérieure des feuilles se desséchant en leur centre et correspondant à un duvet blanc à la face inférieure. Taches brunes sur pétioles et tiges à différents niveaux qui peuvent évoluer vers la destruction des jeunes plants ou la cassure des tiges adultes. 
Les tubercules mildiousés présentent des taches brunes au niveau de l'épiderme tandis que la chair est infiltrée de zones marbrées de couleur rouille à texture fibreuse ou granuleuse qui donne un aspect de pourriture sèche. Cependant des contaminations secondaires par des champignons ou des bactéries peuvent entraîner ultérieurement, en conditions de stockage, des pourritures .

Un champignon démoralise les troupes allemandes 

L’histoire qui débuta en Irlande en 1845, ne s’arrête d’ailleurs pas là, puisque ce champignon traversa la Manche et gagna l’Allemagne en 1915-1917. En cette période bouleversée, il fut un véritable soutien pour les alliés, en sapant le moral des troupes allemandes et en différant une offensive ennemie... «Pendant l’hiver 1915». retrace Jean Semal, professeur de phytopathologie à l’université de Gembloux, «les stocks de pomme de terre pourrissent, attaqués par le mildiou. Les autorités allemandes hésitent : doivent-elles traiter les cultures de 1916, encore saines, avec un solution cuprique alors que l’armée a besoin du cuivre pour fabriquer les cartouches ? Le stock de ce métal est au plus bas et toutes les cloches des églises ont déjà été fondues.
Mais l’armée passe avant tout : les stocks de pomme de terre seront donc perdus, avec pour conséquence dramatique, la famine. Malgré la censure, les soldats l’apprirent par des lettres de leurs familles et leur moral en pâtit tellement qu’une offensive dut même être différée. Le mildiou avait peut-être changé le cours de l’histoire», conclut Jean Semal.
LAURENT P © 2010
Créer un site avec WebSelf